Caroline, comment gères tu la rentrée des classes de Louis ?

Une année sereine pour Louis et ses parents ! Je suis la maman de Louis, un petit garçon de 6 ans. Il est déjà grand et responsable, mais pas encore complètement autonome pour penser seul à tous les petits gestes du quotidien qui peuvent être lourds parfois et qui font partie de son traitement… Alors, pour nous, il est primordial de bien penser l’organisation à mettre en place en début d’année scolaire et surtout de bien anticiper les choses, afin que le quotidien soit le plus doux possible pour Louis… et ses parents. Nous le réussissons plutôt bien ! Je vais vous faire part de notre organisation qui repose sur plusieurs aspects :

– mettre en place des aménagements à l’école

– organiser les week-end avec les sorties et les invitations

– prévoir l’alimentation au quotidien et anticiper les petits moments « plaisir »…

– et veiller (de près/de loin…) au bien-être de Louis.

Dès le premier jour de classe, je prends contact avec la maîtresse pour lui donner des informations essentielles et voir avec elle comment collations et dextro peuvent trouver leur place dans la journée de classe sans qu’ils soient trop contraignants et pour elle et pour Louis. A ce moment-là, il est très important de la rassurer ! « Louis est diabétique, il est traité par insuline. Il doit prendre une collation le matin à heure fixe au moment de la récré et contrôler sa glycémie avant de déjeuner à la cantine. »

Ce qui fonctionne bien, c’est un petit panier personnalisé avec une photo de Louis à déposer sur le bureau de la maîtresse et qui contient les biscuits pour la collation, des sucres ainsi que le dextro. J’y place des instructions sommaires et visuelles avec mon numéro de téléphone en cas de besoin. « Il peut-être amené à faire des hypoglycémies. Louis sait bien les identifier et saura le lui dire : il a une sensation de grosse fatigue et une fringale. Il doit alors prendre un sucre après avoir contrôlé sa glycémie. »

Je rencontre ensuite le directeur pour lui parler de Louis. Je lui demande de placer des sucres accessibles sur les temps de récré et de cantine, en cas d’hypoglycémie. Pour nous, il s’agit de l’armoire à pharmacie de l’école située dans le préau. Les sucres sont dans une boîte hermétique, étiquetée avec la photo de Louis, son nom et sa classe. Autre lieu important, le frigo de l’école pour y mettre le glucagon en cas de besoin… Le directeur informe le responsable de la cantine que quoiqu’il arrive Louis doit toujours déjeuner au 1er service. On convient ensuite d’un rendez-vous avec le médecin scolaire pour établir le PAI (projet d’accueil individualisé), c’est en fait un document administratif qui prévoit l’ensemble des aménagements à mettre en place au sein de l’école et le protocole à respecter en cas d’urgence. Après tout cela, je repère les moments délicats de la semaine:

  • La cantine:

J’imprime chaque semaine les menus de la cantine en allant sur le site de la mairie, je l’affiche sur mon frigo et je les scrute: chez nous, les menus sont plutôt bien équilibrés, alors, lorsqu’il y a des desserts sucrés du genre yaourts aromatisés, crème au chocolat ou gâteaux, je les autorise. Ce que je cherche avant tout, c’est à m’assurer qu’il y ait assez de féculents et si ce n’est pas le cas, Louis doit prendre un morceau de pain supplémentaire. Je pourrais rencontrer régulièrement les personnes qui s’occupent de lui à midi pour leur donner des indications, mais c’est à Louis que je confie cette responsabilité, car même s’il y a quelques ratés et donc des glycémies un peu élevées parfois, je préfère qu’il ne soit pas surveillé de trop près et différent des autres… et puis pour nous, c’est une démarche éducative qui vise à le rendre autonome dans la gestion de son diabète.

  • Les goûters:

Il y a les goûters classiques composés d’un laitage nature et d’un fruit… un peu tristounet, alors, je les améliore souvent en y ajoutant un « petit truc » en plus, comme 2-3 petits saucissons, des tomates cerises ou des carottes coupées en bâtonnets dans une petite boîte sympa et une gourde remplie d’eau et de sirop de sucre… Et puis, il y a les goûters qui précèdent les activités sportives après l’école : ce jour-là, pour son plus grand plaisir, Louis a un vrai goûter, comme les copains, conformément à ce qui est prévu avec la diététicienne, c’est-à-dire un petit morceau de pain avec du chocolat, une petite brioche, une crêpe…

  • Le sport sur le temps scolaire:

Cela fait partie des choses que je vois rapidement avec la maîtresse. Lorsque l’EPS a lieu l’après midi, Louis prend une compote juste avant. Si c’est le matin après la récré, je prévois une collation un peu plus glycémiante, si c’est avant je diminue la dose d’insuline rapide du matin d’une demi unité. Cela fonctionne très bien.

  • Les sorties scolaires:

Lors des sorties, Louis a un petit sac à dos avec on dextro, du sucre et une compote si c’est l’après-midi ou sa collation du matin.

  • Les goûters d’anniversaire à l’école:

En cas de goûter d’anniversaire à l’école, la maîtresse sait que Louis peut manger une part de gâteau (si c’est le matin, elle remplace la collation) et qu’il doit éviter les boissons sucrées. Pour ne pas le priver de sucreries, j’ai donné à la maîtresse en début d’année une petite boîte contenant des bonbons sans sucre que je commande sur des sites spécialisés dans le diabète.

Dans le cartable il y a toujours une petite trousse avec un 2ème dextro, des biscuits et des sucres au cas où et mon numéro de téléphone.

Share Button

Les 10 Conseils Pour concilier Alimentation et Glycémie

  • Les astuces pour baisser l'index glycémique de vos repas
  • 1 exemple de journée type
  • L'assiette idéale
  • La réponse à vos questions les + fréquentes

je télécharge l'Ebook, c'est gratuit >>

Vous voulez commenter cet article ? c’est par ici